Dictionnaires / Encyclopédies / Documentation

  • Un livre original et complet qui passionnera les amoureux de la langue française

    Dit-on
    pallier au mal ou
    pallier le mal ? Comment remplacer les anglicismes
    briefer, burn-out, crush, fake news ? Que faire de ces tics de langage qui nous ont envahis :
    c'est tendance, a minima, c'est culte, du coup ? Pourquoi ne doit-on pas dire
    choisir au hasard ni
    faire polémique ?

    Avec près de 800 entrées, ce livre sans équivalent est appelé à devenir un ouvrage de référence. Emplois fautifs, abus de sens, néologismes ou anglicismes : aux difficultés les plus variées, les linguistes du Quai Conti apportent des explications claires et argumentées.



    Les multiples interrogations sur l'omniprésence d'un vocabulaire technologique ou sur l'irruption de mots étrangers, véhiculés par les médias et la mondialisation, trouvent ici des réponses passionnantes. Car l'Académie française, loin d'être un gendarme, est aussi attentive à la nécessité d'enrichissement de la langue qu'à la lutte contre l'appauvrissement du vocabulaire.

    En se confrontant à des questions d'usage pratique, à des cas concrets et quotidiens, ce travail constitue un vif hommage à l'intelligence et aux subtilités de la langue française.

  • Remettons le dictionnaire au milieu du village !

    Le politiquement correct va-t-il tuer notre langue française ? La question est posée depuis déjà quelques années. Et la réponse met en danger les multiples trésors de nos dictionnaires. Plus d'offenses, certes, mais plus de nuances non plus ! Choisir le bon mot est la base d'une expression précise. Aujourd'hui, la façon de s'exprimer est trop souvent guidée par la prudence ou la volonté de ne surtout pas réveiller les garants d'une morale parfois imaginaire.

    On ne dit plus "licenciement massif" mais "plan de sauvegarde de l'emploi". On ne dit plus "guerre" mais "conflit armé". On ne dit plus "être au chômage" mais plutôt "être en situation de demande d'emploi". On ne dit plus "vieillir" mais "être atteint par la limite d'âge"... les exemples ne manquent pas !

    Françoise Nore, docteur en linguistique et traductrice, dénonce ces mauvais usages qui vident un mot de son sens initial ou bien le remplissent de contresens ! Dans cet ouvrage qui rappelle les facilités prises avec notre belle langue française par ceux qui nous gouvernent, chacun en prend pour son grade !

    Vouloir faire le buzz ou vouloir s'exprimer "proprement" ne devrait pas être une raison suffisante pour dévoyer et appauvrir le français.

    Aux mots, citoyens !

  • "Maudits mots" ou l'inventaire raisonné des mots irraisonnables, les insultes racistes.
    Des plus insignifiantes - Amerloque, Polack, Rital - aux plus outrageantes - Crouille, Chimpanzé, Youpin. Citations à l'appui, puisées dans les textes anciens ou contemporains, elles sont presque toujours spectaculaires de bêtise et de haine.
    Comment ces désignations injurieuses ont été fabriquées, pour quelles raisons, dans quelles circonstances historiques elles ont été imaginées ?
    On verra, si, en la matière, l'imagination ne fait défaut à personne, les motivations, elles, sont essentielles.
    On observe depuis peu une « libération de la parole raciste », "Maudits mots" met en perspective cette logorrhée malsaine en quête de pouvoir politique pour l'inscrire dans l'histoire.

  • La querelle de la féminisation des noms de métiers (titres, grades, fonctions...) est exemplaire du rôle de la langue dans notre pays. En dix ans, elle a rythmé un des changements les plus rapides et les plus étendus de son histoire. Mêlant, tout comme l'interminable débat orthographique, le linguistique et le politique, opposant les conservateurs et les interventionnistes, confrontant le patrimonial et le fonctionnel, elle fait du français une langue querelle. La récente controverse sur l'écriture inclusive l'a montré à nouveau.
    Rien n'est plus passionnant que les aventures de notre langue si on sait nous les raconter. Et c'est bien le talent de Bernard Cerquiglini, qui a su, au fil de ses livres, allier l'humour à la science du français tel qu'on le parle. Il retrace ici l'histoire savoureuse de cette féminisation, les arguments de ses acteurs, leurs hauteurs de vue et parfois leurs petitesses...
    Bernard Cerquiglini est un linguiste français, universitaire. Il a exercé de nombreuses fonctions au ministère de l'Éducation nationale, au Conseil supérieur de la langue française. Il présente l'émission quotidienne de format court Merci professeur! sur TV5 Monde et est l'auteur de nombreux ouvrages.

  • Comment parlerions-nous français aujourd'hui si nous n'étions un tantinet polyglottes ? Si nous n'avions emprunté du vocabulaire à nos cousins européens ? italiens, espagnols, allemands, néerlandais, anglais...
    Si nous devions nous passer de ces mots du bout du monde ? persans, amérindiens, asiatiques...
    Ces milliers de mots débarqués dans notre langue, mâchés de bouche en bouche, nous les avons fait nôtres.
    Marie Treps a tenté, au fil des pages, de rendre à chacun sa couleur propre, son parfum singulier. Ces mots migrants, qui ont parfois l'air de bons vieux mots français, ouvrent nos imaginaires à la différence, ils nous rappellent sans cesse qu'ailleurs existe, que l'autre existe.

  • Le premier GPS de la langue française !
    Pour éviter les embouteillages quotidiens en orthographe, grammaire ou conjugaison, branchez le GPS !

    Julien Soulié vous propose une méthode 100% inédite pour déjouer tous les pièges de la langue française, que ce soit à l'écrit comme à l'oral.

    Une difficulté d'orthographe, de lexique, de liaison, de grammaire, de conjugaison ? Et si, plutôt que de faire une erreur ou de perdre du temps, vous empruntiez un itinéraire bis ?

    Pour chaque difficulté, Julien Soulié vous offre des astuces imparables. Des itinéraires bis plus faciles pour contourner sereinement les règles qui vous posent problème ! Évidemment, il vous donne également des astuces mnémotechniques pour faire disparaître vos bêtes noires de la langue française.

  • 300 formules magiques anti-fautes d'orthographe !

    Le " Professeur Colignon " est connu depuis de nombreuses années pour ses trucs et astuces efficaces qui nous permettent de gommer les principales fautes que nous commettons au quotidien. Grammaire, orthographe, conjugaison, il imagine des formules mémorisables facilement qui nous simplifient la vie !

    Au menu de ce livre, près de 300 recettes qui vous permettent de déjouer les pièges de notre belle langue française : redoublements de consonnes, accents, genres, homonymes, accords, exceptions... tout y passe !

    Jean-Pierre Colignon vous offre la possibilité de ne plus faire de fautes tout en vous amusant avec ces formules magiques qui vont vous faire adorer l'orthographe !

  • Dictionnaire Tolkien

    Vincent Ferré

    Outre son caractère novateur - il s'agit d'une nouvelle édition du premier dictionnaire en langue française consacré à J.R.R. Tolkien -, ce dictionnaire encyclopédique a pour principale caractéristique son exhaustivité : il fait le tour de nos connaissances sur la vie et l'oeuvre de Tolkien.
    Les soixante contributeurs du Dictionnaire Tolkien travaillent tous sur l'oeuvre de J.R.R. Tolkien suivant des approches diverses - donc complémentaires. Aux côtés de la littérature anglaise, des littératures médiévales et de la littérature comparée, les contributeurs viennent de la philosophie, des études cinématographiques, de l'histoire, etc.
    Les quelque 350 notices présentent les ouvrages de Tolkien : non seulement Le Seigneur des Anneaux, Le Hobbit ou encore les volumes de L'Histoire de la Terre du Milieu ; mais aussi ses essais sur la littérature médiévale ou sur les littératures de l'imaginaire.
    Elles s'intéressent aussi à leur postérité (réception en France, aux États-Unis ; adaptations radiophoniques, cinématographiques, ludiques) ; sont également présentés les personnages, peuples et lieux principaux de cet univers fictionnel (Frodo, Gandalf, Aragorn ; les Elfes, les Ents ; Comté, Aman, Mordor...) ; des repères importants sont donnés sur la carrière universitaire et la vie de Tolkien, à travers des notices biographiques portant sur Oxford, Leeds ou sa famille proche - à commencer par son fils Christopher, exécuteur testamentaire à qui l'on doit d'avoir édité l'essentiel des oeuvres de son père, après la mort de celui-ci.
    L'une des originalités du dictionnaire est toutefois l'accent mis sur des notices plus générales et abstraites, proposant une vision transversale de l'oeuvre : des notions telles que l'héroïsme, le libre-arbitre, l'amour (courtois), l'apparence, ou encore le rapport de l'oeuvre de Tolkien à la modernité, à la nature... font l'objet de notices spécifiques. Enfin, des synthèses sont proposées sur les lectures critiques de l'oeuvre, dans des perspectives politique, psychanalytique, écologiste, etc.

  • Ça y est, on y est, ou presque... ! En pleine préparation des oraux ou tout juste arrivé en première année d'un programme Grande école/Bachelor d'une business school, un nouveau monde s'offre à votre progéniture.... Pas grand-chose à voir avec ce qu'elle a pu vivre au Lycée. Professionnalisation, cours en anglais, monde associatif, construction d'un réseau... Comment appréhender son arrivée dans une business school et son accomplissement tout au long d'une scolarité qui requiert de forts investissements (financier, professionnel et académique) ?
    Ce « guide de survie » apporte de précieux conseils pour décrypter au mieux le fonctionnement des écoles sur plusieurs points : avant d'entrer dans l'école (pour faire le bon choix) et durant son passage à l'école pour réussir son expérience associative, à l'international, pour concilier au mieux construction de sa carrière et épanouissement personnel, etc. Les écoles ne mobilisent pas toujours les moyens adéquats et objectifs pour aider les étudiants dans ces domaines.
    Cet ouvrage est le fruit de la collaboration de plusieurs experts qui occupent des fonctions de direction de programmes, d'enseignement ou d'encadrement dans différentes business schools.

  • 1 dessin vaut 1 000 mots !

    Ne plus hésiter sur une double consonne, ne plus confondre l'orthographe des homonymes, ne plus confondre À l'attention et À l'intention ? Ne plus oublier le s à la fin de Je vous transmets ? Faut-il mettre un d à la fin du mot cauchemar ? Quand utiliser ça ou sa ? Quelle astuce pour retenir que magazine s'écrit ave un z et non avec un s ? Que le mot trafic ne porte qu'un f ? Comment s'y retrouver dans accents aigus, graves ou circonflexes ?

    Samuel Rimbault a laissé libre cours à son imaginaton pour vous proposer ces "strips" efficaces et drôles. L'humour et le dessin sont les armes les plus efficaces pour gommer nos erreurs les plus fréquentes. Trois dessins, deux bulles et une faute disparaît !

  • J'ai découvert les libellules un jour très précis à une heure non moins précise. D'où m'est venue cette fascination, je ne saurais le dire, elle est aussi ancienne que moi, je pense bien que nous sommes nés en même temps. La passion est la seule attitude d'esprit, la seule forme d'engagement qui puisse ouvrir à la compréhension de ce qui se montre, dans quelque domaine que ce soit. Mais pourquoi les libellules ? Je renonce à répondre, évidemment, le philosophe que je suis rend les armes, non je ne parviendrai pas à argumenter de telle sorte que je puisse démontrer la supériorité des odonates sur les autres insectes. L'horizon de sens d'un groupe animal est comparable à une langue, qui saisit le monde d'une manière déterminée. Il fallait tenter d'écrire le dictionnaire et la grammaire de cette langue magnifique : le libellulien, que parlent couramment ou en rêvassant les ruisseaux et les rivières, en dormant les mares et en frémissant les lacs. Les quatre-vingt-douze espèces du territoire métropolitain sont décrites et inscrites dans une grande clé de détermination au fonctionnement inédit, inventé, affiné et perfectionné durant des années d'observations. Les planches de Vanessa Damianthe sont bien plus que des illustrations, elles donnent une présence réelle par représentation aux libellules.

  • Rire : verbe fondamental de la langue et de l'attitude belge (prononcez bèlchhh ). Et ce ne sont pas les occasions de plaisanter (de soi et des autres) qui manquent en Belgique.Il y a Magritte, « peintre belge, grand amateur de pipes », des plats improbables comme le poulycroc (sorte de poulet reconstitué) et des expressions d'une truculence insoupçonnée. Français de France, savez-vous que raclapoter signifie « rafistoler » ? Qu'un enfant cucuche est tout simplement crasseux ? Et qu'à Bruxelles, on dit non, peut-être pour « oui, sûrement » ? Ne vous y trompez pas : n'est pas belge qui veut !Philippe Genion est né en 1962 (cette année-là, oui). Gros et fier de l'être, il est épicu- tout. Belge, Européen, oenologue et oenophile, naturaliste, puis musicien rock industriel, artificier, critique gastronomique, organisateur de concerts et de conventions, un peu de cinéma et de télé, et à présent, en plus, il écrit. Pff, cet homme est fatigant...

  • Un classique en version compact !
    - Objectif zéro faute grâce à 250 dessins in-dis-pen-sa-bles
    - Les explications limpides de Sandrine Campese
    - La force des dessins pour mémoriser facilement

    Sandrine Campese vient à votre secours pour viser le zéro faute !

    Astucieusement, elle met les mots sur lesquels nous hésitons quotidien en dessin et réussit la prouesse de rendre les règles orthographiques... graphiques ! Grâce à ses visuels explicites, les hésitations sur les pièges les plus courants de la langue française (accents, consonnes redoublées ou pas, homonymes, exception, mots complexes...) disparaîtront comme par enchantement.

    Plus qu'une bonne idée, Sandrine Campese vous propose avec ces 250 dessins une véritable méthode mnémographique pour vous améliorer chaque jour.

    Un livre aussi indispensable qu'un dictionnaire !

  • " Courir le guilledou - Faire la sainte Nitouche - En baver des ronds de chapeau - Se monter le bourrichon - En avoir sa claque - Changer de crèmerie - Laisser pisser le mérinos. Nées pour la plupart de la verve populaire, les expressions ont de la couleur, de la saveur, de la tchatche, de l'humour, de la drôlerie, de la cruauté, de la sagesse, de la poésie. Pourtant, certaines vieillissent, passent de mode, paraissent de plus en plus énigmatiques.
    Pourquoi ne pas en sauver quelques-unes de l'oubli qui les menace comme j'avais réussi à redonner du tonus à certains mots ?
    Vous aussi tirez de votre conversation ou de votre mémoire des expressions en voie de disparition. Rappelez-vous, amusez-vous, inventoriez, fichez, employez, osez, étonnez, ayez de l'expressivité. En route, mauvaise troupe ! Fouette, cocher ! Et que ça saute ! " D'Apostrophes à Bouillon de culture, Bernard Pivot est devenu une figure incontournable du petit écran, l'une des personnalités les plus populaires de France. Il est aujourd'hui membre de l'académie Goncourt.

  • L'édition définitive d'une référence absolue !

    Les 1001 expressions préférées des Français s'est déjà vendue à plus de 100 000 exemplaires depuis sa parution en 2012.

    Pour la première fois dans un format intégra XXL, le livre qui dit tout sur les origines parfois surprenantes des expressions populaires revient dans une édition définitive.

    Georges Planelles est un amoureux fou de la langue française et un enquêteur linguistique des plus pointilleux. Son travail a été largement salué par le public et par la presse. Son humour ajoute une dimension supplémentaire à son ouvrage devenu une référence pour tous les amoureux de la langue française.

    A posséder absolument !

  • Un livre original qui passionnera les amoureux de la langue française

    Quelle est l'origine d'expressions familières :
    Je t'aime grave –
    C'est plié ! –
    Rouler un patin, une pelle, une galoche ?

    Comment le mot
    humeur est revenu d'Angleterre transformé en
    humour ?

    Que veut-on dire par l'expression
    fils d'archevêque ?

    Comment le sens d'un mot est-il changé par un accent (
    Bohême et
    bohème), le genre (
    maroufle), une majuscule (
    le pont,
    le Pont) ?

    D'où viennent des expressions étranges comme
    Rendre un cimetière bossu ?

    Qu'ont de commun
    punaise et
    pin-up ?
    Banquier et
    saltimbanque ? Penser,
    pendre,
    poser, et
    payer ?

    Pourquoi le
    pou est-il ambivalent dans
    fier comme un pou et
    laid comme un pou ?

    Quelles différences entre
    pleuvioter,
    pleuviner et
    pleuvasser ?

    Pourquoi des mots comme
    ribouis,
    renchérie,
    chacunière ou
    andain ont-ils disparu du langage courant ?

    À l'Académie française, on écrit le dictionnaire ou des ouvrages sur l'usage de la langue (
    Dire, ne pas dire). Mais, dans le prolongement de leur rôle de gardiens de la langue, les membres de la vénérable Compagnie ont à cœur aussi de se livrer à des exercices d'admiration pour les nombreux cas où s'exprime le génie français : finesse, inépuisable inventivité, capacité métaphorique, humour...

    Goûtons à ces savoureux bonheurs et surprises, à ce divertissant hommage à la prodigieuse vitalité de la langue française.

  • Après le Grand Dictionnaire, Lou Tresor dóu Felibrige de l'illustre Frédéric Mistral, qui s'est montré en cette oeuvre le Littré de la langue provençale, on demandait et de tous côtés on réclamait Lou Pichot Trésor du Félibrige. Eh bien ! le voici. Prenez-le et parcourez-le à loisir. C'est là notre préface. Nous pourrions, sans doute, expliquer combien nous ont été utiles, dans la composition de cet ouvrage, nos fréquentations familières et assidues avec le peuple, et, d'autre part, quel précieux secours nous ont apporté les dictionnaires de Mistral, d'Honorat, de Doujat, d'Avril, de Piat et du niçard Pellegrini, ainsi que les autres lexiques ou vocabulaires de la Langue d'Oc, languedociens, gascons, limousins, dauphinois, etc. Nous pourrions aussi faire ressortir le côté pratique de notre petit dictionnaire : d'abord au point de vue linguistique qui nous a fait grouper ensemble, et par paragraphes distincts, les mots de même famille, autant, bien entendu, que l'ordre alphabétique le comportait - ; ensuite au point de vue historique et ethnographique... (extrait de la Préface, édition originale de 1902).
    Constamment « reprinté » (à l'identique de l'édition de 1902) depuis plus d'un siècle, aucun éditeur n'avait osé s'attaquer à la recomposition complète de l'ouvrage en deux tomes (français-provençal et provençal-français). C'est désormais chose faite. Voici le nouveau Pichot Tresor !
    Xavier de Fourvières (1853-1912), né à Robion (Vaucluse), chanoine de l'ordre des prémontrés. Il s'exila en Angleterre de 1903 à 1912, après la loi sur les Congrégations et devint supérieur du prieuré de Storrington dans le Sussex. Auteur de nombreux ouvrages en provençal (dont le plus célèbre reste son Pichot Tresor), il fut majoral du Felibrige.

  • Une histoire amusante de l'orthographe, des Gaulois à nos jours L´orthographe, ses règles obscures et ses exceptions vous font souffrir ?
    Rassurez-vous, c´est voulu !
    Comment pourrait-il en être autrement dans un pays à l´histoire si tumultueuse ? Comme la France, notre orthographe a traversé les siècles en empruntant des voies détournées, sans craindre détours ni autres pirouettes.
    Il fallait un Belge tel que Bernard Fripiat pour raconter cette histoire avec un humour et une irrévérence qui déculpabiliseront les pires cancres.
    En une centaine de questions-réponses, il explique l´origine de chaque difficulté et raconte la folle épopée d´une orthographe que le monde entier nous envie...

  • Amoureux de la langue, Daniel Lacotte rassemble dans ce dictionnaire les mots issus de noms propres et remonte le fil de leurs origines pour nous offrir leur histoire rocambolesque. Comment et pourquoi sont-ils passés à la postérité ?
    Histoire, mythologie, littérature, géographie livrent leurs secrets dans cet ouvrage désopilant, où Félix Kir et Louis de Béchamel côtoient Hercule et Mazarin. Une plongée au coeur des mots qui nous prouve, une fois encore, que la langue française n'a pas fini de nous étonner !
    Quant à cette pipelette en bikini qui marivaude dans le jacuzzi avec un gringalet en bermuda, d'où vient-elle ? Voilà une question farfelue dont la réponse peut nous être soufflée par Eugène Sue, Marivaux, Candido Jacuzzi ou le chevalier Gauvain de la Table ronde. À moins qu'un détour par les Bermudes ou l'atoll de Bikini ne nous éclaire...
     
    Daniel Lacotte est journaliste. Il a publié de nombreux dictionnaires consacrés aux aspects jubilatoires de la langue française.

  • Nés à une époque où l'écriture n'existait pas encore, les contes, légendes, mythes et épopées nous sont parvenus à travers les siècles, c'est la preuve qu'ils sont universels et indémodables ! Que vous écriviez seul ou que vous animiez de

  • Un mot, un Homme : Toute une histoire !

    Frédérick Gersal adore l'histoire et ceux qui la font. Dans cet ouvrage, il exerce sa curiosité sur les anthroponymes, ces noms communs aux origines... humaines ! Rustin, Celsius, Diesel, Bottin, Braille, Carpaccio, Rugby, Méduse, Melba... la liste est longue et ô combien passionnante.

    Derrière chaque mot, se cache l'histoire incroyable d'un inventeur, d'un aventurier, d'une créatrice, d'un pionnier... Tous ont réussi à installer leur patronyme dans notre bon vieux dictionnaire !

    Ces 101 noms "proprement communs" sont présentées avec toute la fougue et la passion de Frédérick Gersal qui rend hommage à ces femmes et ces hommes qui ont assurément changer notre façon de parler.

    Découvrez notamment les histoires de l'incontournable Poubelle, de l'original Gaget, de l'attachant Sandow et du bouillonnant Jacuzzi !

  • L'écriture est avant tout un procédé dont on se sert pour fixer le langage articulé, fugitif par essence même. L'écriture invente un nouveau langage qui discipline la pensée et l'organise en la transcrivant. Des premières tablettes suméro-akkadiennes à la sténographie, cet ouvrage retrace l'histoire des formes d'écriture.

  • Chorégraphe par goût de l'action expressive, musicien par passion, Pierre Conté (1891-1971) s'est servi des acquis de l'écriture musicale pour noter le mouvement. Il crée, dans les années 1930, son propre système de notation. Dans ce livre, Michelle Nadal en propose une nouvelle présentation. À l'aide de textes clairs, de notes pratiques, d'une illustration abondante, d'exemples notés et de schémas explicatifs, ce manuel donne les clés d'apprentissage d'un système qui s'adresse autant aux danseurs qu'aux enseignants, aux créateurs qu'aux chercheurs.

  • Flâneur méthodique, Robert Giraud peaufine son errance. Il passe Paris à gué, zinc après zinc, dans tous les sens. Par instants, dans le gris flux du propos courant, il entend scintiller l'eau d'un mot exquisément verdoyant. Des échantillons ? Pour la Faune, voici l'arche : l'abeille, l'ablette, l'anchois, l'âne, l'anguille... D'autres encore volent ou rampent, marchent ou sautent et renvoient au secret des dames, à l'ardeur des messieurs, aux manigances de tout le monde. Pour la Flore, c'est un herbier verbal : l'acajou, l'ail, l'amande, l'asperge, etc., de quoi s'entre-jardiner jusqu'au soir, et pour les mêmes raisons.

empty